Skip to main content

Arrêt No. 1 - Statue de John A. Macdonald

Macdonald, l’homme

Map for location 1.

Monument of Sir John A. Macdonald

La randonnée commence au pied de la statue de Sir John A. Macdonald située à la pointe sud de Queen’s Park, sur Queen’s Park Circle à Toronto (près de la gare de métro Queen’s Park). Cette statue est l'un des onze monuments à Macdonald à travers le Canada. Comme on pouvait s'y attendre, deux sont à Ottawa. Les autres se trouvent à Montréal, Hamilton, Kingston, Charlottetown, Regina, Victoria, Kitchener et Picton (Ontario).

Il faut dire d'emblée que John A. Macdonald n'a pas passé beaucoup de temps à Toronto, pas plus qu'il n’a représenté une circonscription d’ici, lorsqu’il était député. Néanmoins, il a eu un impact profond sur les différents aspects de cette ville et, comme vous le découvrirez bientôt, ce qu'il a appris en vivant à Toronto allait avoir un impact énorme sur le reste du pays.

Le monument devant vous fut monté en novembre 1894 et c’est ici que des milliers de personnes ont entendu le premier ministre John Thompson prononcer un grand discours sur Macdonald en un beau matin. Thompson parla du rôle de son ancien patron dans la création de la nation, de sa loyauté envers la Grande-Bretagne, et de son amour pour le Canada. Thompson entreprit un voyage en Grande-Bretagne quelques jours plus tard et, c’est pendant un déjeuner avec la reine Victoria qu’il est mort d'une crise cardiaque. (On peut se demander ce qu'elle lui a dit!).

Mackenzie Bowell, qui lui a succédé, a lui aussi prononcé un discours lorsque cette statue a été dévoilée. Il a dit lors de cette cérémonie que Macdonald était passé maitre dans l’art de gouverner.

Pourquoi tant de gens se sont-ils rassemblés devant cette statue trois ans et demi après la mort de Macdonald? Pensez-vous qu’ils se demandaient à quoi Macdonald pointait du doigt? Il était évident que Macdonald était toujours présent dans la mémoire des gens.

Écoutez l’éloge de Macdonald du chef libéral Wilfrid Laurier dans la chambre des communes en réaction à l’annonce que Macdonald était décédé. Sir Hector Langevin, un grand ami de Macdonald, venait de s’effondrer dans son siège parlementaire, incapable de finir son discours.

À gauche: Sir John A. Macdonald; À droite: Wilfrid Laurier
Mention : Bibliothèque et Archives Canada

Mots impressionnants d'un ancien adversaire politique qui, quelques instants seulement avant, avait dit que lui et son parti ne croyait ni à la politique de Macdonald, ni de ses méthodes de gouvernement.

Comme nous allons le découvrir au cours de cette promenade, Macdonald incarnait ce qu’il y avait de bon et de mauvais dans son époque, mais les gens l'admiraient pour son caractère et sa capacité à faire avancer les choses.

le jeune John A Macdonald
Mention : Bibliothèque et Archives Canada

Pour vraiment comprendre l'homme, il fait savoir d'où il venait. Sir John n’est pas né avec un titre de noblesse. Il l’a obtenu en 1867 au moment de la création de la Confédération. En fait, John Macdonald venait d’une famille très éloignée des faveurs royales. Il est né à Glasgow le 11 Janvier 1815, de parents aux revenus modestes. L'espoir d'un meilleur avenir les ont fait émigrer au Canada en 1821 et ils se sont installés à Kingston, en Ontario. Son père a ouvert quelques magasins, d'abord à Kingston puis à Adolphustown et pendant dix ans il a exploité des moulins en pierre à Glenora dans le comté du Prince Édouard, mais il n'a jamais été riche.

Le petit John, garçon intelligent, a fréquenté les écoles locales. Adolescent, il a commencé à travailler dans le bureau d'un avocat de Kingston, George Mackenzie. (A cette époque, un avocat n’avait pas besoin de diplôme universitaire.) C’était un jeune avocat brillant. En août 1835, il a ouvert son propre cabinet à Kingston, six mois avant d'être officiellement nommé au barreau en février 1836.

Macdonald était un jeune homme doué, dynamique et enjoué, qui savait s’adapter et maitrisait bien ses dossiers.. Il avait l’art de la réplique avec unehistoire ou une épigramme. Il savait comprendre les gens et se rendre sympathique. Il avait cette qualité mystérieuse de magnétisme personnel.

Il mesurait six pieds et est resté maigre la plus grande partie de sa vie. Contrairement aux autres, il était toujours rasé, quelque chose de peu courant au milieu du XIXe siècle au Canada.

Son autre caractéristique était sa voix. Le Premier ministre britannique Benjamin Disraeli a une fois observé que le Macdonald parlait avec une voix assez aigue et avait tendance à finir ses phrases comme s’il chantait les derniers mots.

Un de ses collègues a noté que Macdonald avait l'habitude de jeter la tête en arrière en se mordant les lèvres lorsqu’il était interrompu par un perturbateur avant de lui lancer une réponse cinglante suivie d’une histoire mémorable. Il avait un répertoire sans fin d'anecdotes drôles pour toutes les occasions et il s'en est servi à point nommé.

Pas étonnant que les fêtes chez les Macdonald étaient toujours populaires. Cette aptitude lui a bien servi toute sa vie. Sa seconde épouse, Agnes Macdonald, pensait que "son bon cœur et son caractère aimable sont les grands secrets de sa réussite." Je vous parlerai un peu plus d’Agnes dans un moment.

L’avocat Macdonald a rapidement attiré l'attention du public, notamment par la prise d'un certain nombre de cas difficiles et même sensationnels mais la plupart du temps, il s’occupait de droit commercial. En 1839, il est devenu l'avocat de la Banque commerciale du district de Midland et peu de temps après a commencé à représenter la société de fiducie et de prêt du Haut-Canada ce qui lui a fourni la majeure partie de ses revenus professionnels. À 30 ans John Macdonald était un jeune avocat prometteur et prospère, estimé du public.

Les gens d'affaires l'aimaient et quand l'occasion s'est présentée en 1843, ils l’ont pressé de briguer un siège au conseil municipal de Kingston. Il a été élu, et ainsi trouvé sa vocation. Pendant les cinquante prochaines années, son nom serait sur les lèvres de tous ceux qui s'intéressent à Kingston ou à la politique canadienne.

Ce furent des années mouvementées, à la fois ici à Toronto et à Kingston. Seulement six ans avant, en 1837, la rébellion avait éclaté dans le Haut et le Bas-Canada.

Le Haut-Canada, que nous appelons aujourd'hui l'Ontario, était opposé à un gouvernement dirigé par une petite aristocratie qui ne respectait pas les opinions contraires et se souciait peu de la façon dont elle dépensait l'argent des contribuables.

Dans le Haut-Canada le mouvement était dirigé par William Lyon Mackenzie. Dans le Bas-Canada, par Louis-Joseph Papineau. John Macdonald n’était pas dans le clan des rebelles. Il était conservateur, comme ses parents, et était en accord avec les façons de faire du « family compact ».

En 1844, il a été élu au parlement de la province du Canada en tant que «conservateur». Il s’est présenté à Kingston comme conservateur, soulignant qu’il croyait aux liens avec la Grande Bretagne. Il s'opposait au gouvernement responsable, à la sécularisation des réserves du clergé, à l'abolition du droit d’ainesse, et l’élargissement du droit de vote, parce que toutes ces mesures n’étaient pas conformes aux lois britanniques, affaiblissant de ce fait les liens avec la Grande Bretagne ainsi que l'autorité du gouverneur et des quelques familles qui bénéficiaient de la situation. En 1847, trois ans après son élection, Macdonald a rejoint le conseil des ministres en tant que receveur général. Il a perdu son poste en 1848 lorsque les réformistes de Baldwin et Lafontaine ont été élus au gouvernement, mais il est resté député.

Macdonald a du attendre six ans pour occuper à nouveau un poste, en septembre 1854, quand il est devenu procureur général du Canada-Ouest. Ses prises de position soulevaient des questions quant à son appartenance au parti conservateur. Il a défendu des réformes sur l'exploitation de la terre, et l'éducation, où il a insisté pour que les catholiques aient le droit d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions. Comme il l’a dit en Novembre 1854, "Il faut vivre avec son temps."

Les arrêts de la randonnée - 1 2 3 4 5 6 7 8 9