You are now in the main content area

New Report Examines Growing Job Polarization in Canada

May 07, 2021

Nouveau rapport d’analyse portant sur la polarisation des emplois au Canada

PFF_Cover Element

Toronto, ON, May 5, 2021: Building on a longstanding research project conducted by Public Policy Forum, external link (PPF) and the Diversity Institute and supported by the Future Skills Centre, external link about the future of work, a new research series, Skills for the Post Pandemic World, opens in new window tackles key questions facing policymakers, employers, training providers and workers as they collectively turn to face the post-pandemic future of skills, training and retraining. Released today as part of the series is a report, opens in new window analysing the growing job polarization in Canada from 1989 to 2019 and shows a steady increase in high-skilled jobs while mid-skilled jobs dwindle in Canada. It also shows that women are making gains in high skilled jobs and youth and immigrants are engaging more in low-skilled jobs, creating inequitable access to the labour market and a large wage gap.

Job Polarization in Canada Report Key Findings:

  • Canada has seen a 7.5-percentage-point increase in high-skilled occupations and declines in mid- and low-skilled ones. These changes have not been uniform across provinces. 
  • In the three decades since 1989, the share of mid-skilled jobs in Canada shrank from 58.5 percent to 52.6 percent. Unlike most other OECD countries, the share of low-skilled jobs did not increase. The share declined by 1.6 percentage points.
  • Canadians employed in high-skilled jobs earn almost four times more than those working in low-skilled jobs.
  • Prior to the pandemic, the proportion of women in high-skilled jobs (37.7 percent) has come to slightly exceed the proportion of men in high-skilled jobs (36.6 percent).
  • The pandemic has exacerbated the labour-market division along the lines of credentials and skills. There is a clear relationship between the ability to telework and one’s industry and level of educational attainment. Although 40 percent of Canadian workers can telework, the percentage fluctuates from 25 percent for those with a high-school diploma to 60 percent for those with a bachelor’s degree or higher.

Report Recommendations:

Report authors, Sean Speer, report co-author, PPF Scotiabank Fellow in Strategic Competitiveness at the Public Policy Forum and assistant professor, University of Toronto’s Munk School of Global Affairs and Public Policy and Sosina Bezu of the Diversity Institute at Ryerson University recommend that policymakers think about how they can create a new generation of middle-class jobs, an exercise that should transform today’s low-skilled jobs into more mid-skilled ones. 

Some recommended actions to take include: 

  • Support productivity enhancing technology
  • Invest in digital skills development,
  • Modernize labour market standards to reflect new and emerging forms of employment and boost low-skill occupations.
  • Work on foreign-credential recognition, and reforms to labour regulations to address barriers such as discrimination. 
  • Expand childcare for working families could also make a big difference. 
  • Expand vocational education and micro-credentialing to help those in low-skilled jobs keep up with the changing labour market demands.
  • More study is needed in the area of job polarization especially as it pertains to its effect on under-represented groups such as Black, Indigenous, racialized and immigrant workers.

Quotes:

“The COVID-19 pandemic has had a tremendous impact on Canadians, primarily low-wage workers, young people, racialized workers, persons with disabilities and women. Our government will ensure that Canada’s economic recovery is inclusive of everyone. We will help address gaps in skilled jobs by creating about 215,000 new job and training opportunities for young Canadians and making investments for women including in low-wage jobs, in skilled trades, in early learning and child care.”

  • Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, Carla Qualtrough

“This research reveals the polarization of jobs in Canada, which has become more pronounced during the pandemic. These changes have adversely affected some populations and sectors of the workforce far more than others. The findings will help to shed light on these discrepancies and demonstrate the need for a comprehensive skills strategy and range of policy approaches that ensure an inclusive recovery for all.”

  • Pedro Barata, Executive Director of the Future Skills Centre

“Equitable access to skills and training is needed to bridge the gap of the growing divide of job polarization and to grow the economy as we look to build back better. The pandemic has disproportionately and negatively impacted access to employment, skills and training to underrepresented groups. It is encouraging to see that Statistics Canada may have the opportunity to  expand its data collection to improve the understanding of how polarization differs for racialized Canadians, Indigenous people, disabled Canadians and young workers.”

  • Wendy Cukier, director of Ryerson Univesity’s Diversity Institute and academic research lead of the Future Skills Centre

“The aim of this report is to provide an in-depth examination and draw attention to the continuous trend of job polarization and encourage policymakers to consider the causes and effects of job polarization as part of a skills agenda for a post-pandemic world.”

  • Sean Speer, report co-author, PPF Scotiabank Fellow in Strategic Competitiveness at the Public Policy Forum and assistant professor, University of Toronto’s Munk School of Global Affairs and Public Policy.

 “The decline in the share of mid-skilled jobs is an issue that needs more discussion and research to better understand job polarization, including its causes, effects and how it is manifesting in Canada among provinces, industries and different workers. This report offers an important analysis which we hope will initiate a conversation minimizing the more negative economic and social effects of the “vanishing middle.”

  • Sosina Bezu, Report co-author, Senior Research Associate, Diversity Institute at Ryerson University

-30-

For more information: Kathleen Powderley, Responsible Communications, kathleen@responsiblecomm.ca 416-903-5597

About the Future Skills Centre

Future Skills Centre, external link is a forward-thinking research and collaboration hub dedicated to preparing Canadians for employment success and meeting the emerging talent needs of employers. As a pan-Canadian community, FSC brings together experts and organizations across sectors to rigorously identify, assess, and share innovative approaches to develop the skills needed to drive prosperity and inclusion. FSC is directly involved in innovation through investments in pilot projects and academic research on the future of work and skills in Canada. The Future Skills Centre is funded by the Government of Canada's Future Skills Program., external link

About the Diversity Institute at Ryerson University’s Ted Rogers School of Management

The Diversity Institute conducts and coordinates multi-disciplinary, multi-stakeholder research to create practical strategies to advance skills and employment opportunities for women, racialized people, newcomers, Indigenous people, persons living with disabilities and others. The Diversity Institute is home to unique programs such as the Advanced Digital and Professional Training Program (ADaPT) as well as the Women Entrepreneurship Knowledge Hub, external link aimed at building an inclusive innovation ecosystem. 

About PPF

Good Policy. Better Canada. The Public Policy Forum builds bridges among diverse participants in the policy-making process and gives them a platform to examine issues, offer new perspectives and feed fresh ideas into critical policy discussions. We believe good policy is critical to making a better Canada—a country that’s cohesive, prosperous and secure. We contribute by: 

- Conducting research on critical issues 

- Convening candid dialogues on research subjects

- Recognizing exceptional leaders

PPF is an independent, non-partisan charity whose members are a diverse group of private, public and non- profit organizations.

Toronto (Ontario), le 5 mai 2021 : Faisant fond sur un projet de recherche de longue haleine consacré à l’avenir du travail, mené par le Forum des politiques publiques, external link (FPP) et le Diversity Institute avec le soutien du Centre des Compétences futures, external link, la nouvelle série Compétences dans un monde postpandémique, external link aborde des questions clés auxquelles sont confrontés les décideurs, les employeurs, les fournisseurs de formation et les travailleurs, dans un effort collectif pour aborder de front les compétences, la formation et le recyclage professionnel de l’avenir dans un monde postpandémique. Le rapport de cette série, publié aujourd’hui, analyse la polarisation croissante des emplois observée au Canada entre 1989 et 2019 et met en évidence une augmentation constante des emplois hautement qualifiés, ainsi qu’un recul des emplois moyennement qualifiés à l’échelle nationale. Il démontre également que les femmes prennent le dessus dans les emplois hautement qualifiés, tandis que les jeunes et les immigrants occupent plus souvent des emplois peu qualifiés, d’où des inégalités d’accès au marché du travail et d’importants écarts de salaire.

 

Principaux constats du rapport La polarisation de l’emploi au Canada :

  • Le Canada a enregistré une augmentation de 7,5 points de pourcentage des professions hautement qualifiées et une baisse des emplois peu et moyennement qualifiés. Ces changements varient d’une province à l’autre.
  • Au cours des trois décennies depuis 1989, la part des emplois moyennement qualifiés est passée de 58,5 % à 52,6 % au Canada. Contrairement à la majorité des autres pays de l’OCDE, la part des emplois peu qualifiés n’a pas augmenté : elle a baissé de 1,6 point de pourcentage.
  • Les Canadiennes et les Canadiens qui occupent un emploi hautement qualifié gagnent presque quatre fois plus que ceux qui occupent un emploi peu qualifié.
  • Avant la pandémie, la proportion des femmes occupant un emploi hautement qualifié (37,7 %) avait légèrement dépassé celle des hommes qui exercent un emploi hautement qualifié (36,6 %).
  • La pandémie a exacerbé la division du marché du travail au regard des titres et des compétences. Il existe une relation claire entre la capacité de télétravailler et l’industrie et le niveau de scolarité d’une personne. Bien que 40 % des travailleurs canadiens puissent travailler à distance, ce pourcentage varie entre 25 %, pour les personnes qui détiennent un diplôme de niveau secondaire, et 60 % pour celles qui ont un baccalauréat, ou un diplôme de niveau supérieur.

Recommandations :

Sean Speer, coauteur du rapport, boursier de la Banque Scotia en compétitivité stratégique au Forum des politiques publiques et professeur adjoint à la Munk School of Global Affairs and Public Policy de l’Université de Toronto, et Sosina Bezu, membre de l’équipe du Diversity Institute à l’Université Ryerson, sont les auteurs de ce rapport. Ils recommandent aux décideurs de réfléchir à la façon dont ils pourraient créer une nouvelle génération d’emplois pour la classe moyenne, un exercice qui devrait rapprocher les emplois peu qualifiés actuels des emplois moyennement qualifiés. 

Voici quelques-unes des actions recommandées : 

  • Soutenir les technologies d’amélioration de la productivité
  • Investir dans les compétences numériques
  • Moderniser les normes du marché du travail pour refléter des formes de travail nouvelles et émergentes et hausser le niveau des travailleurs peu qualifiés
  • Travailler sur la reconnaissance des titres de compétences étrangers et réformer la réglementation du travail pour s’attaquer aux obstacles comme la discrimination
  • Offrir davantage de services de garde d’enfants pour les parents qui travaillent, ce qui pourrait faire une énorme différence
  • Accroître l’enseignement professionnel et la microcertification pour aider les travailleurs occupant des emplois peu qualifiés à s’adapter aux demandes changeantes du marché du travail
  • Approfondir l’étude de la polarisation des emplois, en s’intéressant plus particulièrement aux répercussions sur les groupes sous-représentés comme les travailleurs noirs, autochtones, racisés et immigrants

Citations :

« La pandémie de COVID-19 a eu d’énormes répercussions sur tous les Canadiens, principalement les travailleurs à faible salaire, les jeunes, les travailleurs racisés, les personnes handicapées et les femmes. Notre gouvernement va s’assurer que la relance économique du Canada soit inclusive pour tous. Nous aiderons à combler les écarts en emplois qualifiés en créant 215 000 nouvelles possibilités d’emploi et d’acquisition de compétences liées à l’emploi pour les jeunes Canadiens et en faisant des investissements pour les femmes dans des secteurs tels que les emplois à faible revenu, les métiers qualifiés, l’apprentissage et la garde des jeunes enfants. »

  • La ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l’Inclusion des personnes handicapées, Carla Qualtrough

« Cette étude révèle le problème de la polarisation des emplois au Canada, lequel s’est accentué sous l’effet de la pandémie. Ces changements touchent beaucoup plus certains groupes et secteurs que d’autres. Les constats formulés dans ce rapport contribueront à mettre en lumière ces écarts et souligneront la nécessité d’élaborer un éventail complet de stratégies et de politiques en matière de compétences pour garantir une relance inclusive. »

  • Pedro Barata, directeur exécutif du Centre des Compétences futures

« Il est nécessaire de garantir un accès équitable aux compétences et à la formation pour combler les écarts engendrés par la polarisation croissante des emplois et favoriser la croissance économique dans l’optique de reconstruire en mieux. La pandémie a eu des répercussions négatives disproportionnées sur les groupes sous-représentés en ce qui concerne l’accès à l’emploi, les compétences et la formation. Il est encourageant de constater que Statistique Canada pourrait élargir sa collecte de données afin d’améliorer la compréhension des différentes façons dont la polarisation touche les personnes racisées, les Autochtones, les personnes handicapées et les jeunes travailleurs au Canada. »

  • Wendy Cukier, directrice du Diversity Institute à l’Université Ryerson et directrice de recherche universitaire au Centre des Compétences futures

« Ce rapport a pour but d’analyser en profondeur la polarisation continue des emplois et d’attirer l’attention des décideurs sur cette tendance afin qu’ils prennent en compte ses causes et ses effets dans le cadre d’une stratégie des compétences dans un monde postpandémique. »

  • Sean Speer, coauteur du rapport, boursier de la Banque Scotia en compétitivité stratégique au Forum des politiques publiques et professeur adjoint à la Munk School of Global Affairs and Public Policy de l’Université de Toronto.

« Le déclin des emplois moyennement qualifiés est un problème qui doit faire l’objet de plus amples discussions et recherches dans l’optique de mieux comprendre la polarisation des emplois, y compris les causes, les effets et les différences entre les provinces, les secteurs et les travailleurs. Ce rapport livre une analyse importante qui, nous l’espérons, ouvrira le débat sur la façon dont on pourrait atténuer les effets économiques et sociaux plus néfastes de la “disparition de la classe moyenne”. »

  • Sosina Bezu, coauteure du rapport, associée de recherche principale du Diversity Institute à l’Université Ryerson

-30-

 

Demande de renseignements complémentaires : Kathleen Powderley, Responsible Communications, kathleen@responsiblecomm.ca 416 903-5597

À propos du Centre des Compétences futures
Le Centre des compétences futures, external link est un centre de recherche avant-gardiste consacré à la recherche et à la collaboration en vue de préparer les Canadiens à réussir sur le plan professionnel et à satisfaire aux besoins émergents des employeurs. En tant que groupe pancanadien, le CCF réunit des experts et des organismes de tous les secteurs pour trouver, évaluer et partager des approches novatrices afin de perfectionner les compétences nécessaires à la prospérité et à l’inclusion. Le CCF participe directement à l’innovation en investissant dans des projets pilotes et des travaux de recherche universitaire sur l’avenir du travail et les compétences de demain au Canada. Le Centre des Compétences futures est financé par le programme Compétences futures du gouvernement du Canada, external link.

À propos du Diversity Institute de la Ted Rogers School of Management à l’Université Ryerson

Le Diversity Institute mène et coordonne des travaux de recherche pluridisciplinaires et pluri-intervenants afin de mettre au point des stratégies concrètes visant à promouvoir les compétences et les possibilités d’emploi des femmes, des personnes racisées, des nouveaux arrivants, des Autochtones et des personnes handicapées, entre autres. Le Diversity Institute héberge des programmes exclusifs comme ADaPT (Advanced Digital and Professional Training Program), mais aussi le Portail de connaissances pour les femmes en entrepreneuriat, external link visant à construire un écosystème d’innovation inclusif.

À propos du FPP

Bonnes politiques. Meilleur Canada. Le Forum des politiques publiques (FPP) rassemble différentes parties prenantes au processus d’élaboration des politiques. Il leur offre une tribune pour examiner les questions et apporter de nouveaux points de vue et de nouvelles idées dans des débats cruciaux sur les politiques. Nous croyons que l’élaboration de bonnes politiques est essentielle à la création d’un Canada meilleur – un pays cohésif, prospère et sûr. Nous contribuons en :

- réalisant des recherches sur des questions cruciales

- stimulant des dialogues sincères sur nos sujets de recherche

- célébrant le travail de leaders exceptionnels

Le FPP est un organisme de bienfaisance indépendant et non partisan qui compte parmi ses membres différents organismes privés, publics et sans but lucratif.