You are now in the main content area

Immigration and the Success of Canada's Post-Pandemic Economy

Canada | 2021

Immigration is an important part of Canada’s economic growth - especially in terms of sustaining the labour market. And although Canada welcomes many immigrants on our shores, we aren't creating an employment environment where they can use their skills and credentials to their fullest potential. This fact has never been more clear, with immigrants disproportionately impacted by a decimated hospitality and service sectors due to recurring pandemic lockdowns. There are several steps Canada needs to take to fix this problem, and doing so will benefit not just immigrants but Canada's economy as well.

Key Takeaways

  1. While Canada’s skills-based immigration policy attracts highly skilled workers, a gap persists between those skills and immigrants’ success in the labour market. The COVID-19 pandemic has amplified the problem of underemployment of immigrants, an existing issue that is already well documented.
  2. The pandemic has had a disproportionately adverse impact on vulnerable groups such as racialized women and youth. These challenges must be addressed to avoid a widening gap between immigrants and Canadian-born peers in the recovery, leading to further inequality.
  3. Entrepreneurship is an employment option that is attractive to many immigrants, but one that is often overlooked by policymakers. Supporting immigrant entrepreneurs begins with simply recognizing they exist and that they face distinct challenges and have distinct needs. This report explores how to help immigrant entrepreneurs overcome these specific challenges and how to meet their particular needs.

Executive Summary

Many highly skilled immigrants in Canada are working well below their potential. The country does a good job of attracting immigrants, but after welcoming them, many immigrants face barriers to finding job opportunities commensurate with their skills, experience and education. One sees it all the time — perhaps it’s the economist who’s driving for Uber or the nurse who’s working the checkout at Loblaws. And regardless of where they have ended up trying to make a living, the COVID-19 pandemic has worsened their lot even more.

But international credential recognition and the unequal socio-economic impacts of COVID-19 on the immigrant population are just two of the issues involved in what is a growing problem for Canada’s economy. The coronavirus forced the government to temporarily halt immigration, a major disruption for a country that usually welcomes hundreds of thousands of newcomers yearly. This will need to be remedied as a part of Canada’s post-pandemic economic rebuilding efforts. After all, Canada has a low birth rate, and more than eight million baby boomers will be exiting the country’s workforce in the coming years. Immigrants represent a critical source of population growth and remain one of the key solutions to Canada’s skilled labour shortage.

Just as the country must consider the lot of existing immigrants when rebuilding, it must also reexamine its relationship with international students — many of whom have stayed home this year — and its temporary foreign workers (TFWs), who have limited rights and poor working conditions and some of whom were involved in COVID-19 outbreaks while working here in 2020.

The policy areas this report examines include international credential recognition, skills training for immigrants – especially those who’ve suffered job loss in the pandemic – and the possibility of anti-immigrant sentiment stemming from disenfranchised Canadians who fear that newcomers may threaten their already-precarious jobs.

In studying the problems immigrants face, World Education Services discovered that those with more experience and education tended to have lower rates of employment in Canada. Those surveyed complained about a lack of professional connections as one barrier. In addition to a dearth of connections, we already know that those with “foreign-sounding names” are less likely to advance in the hiring process. Similarly, a University of Waterloo study showed that the employment rate of university-educated Canadian-born women dropped by five percent between May 2019 and May 2020, but that of immigrant women dropped by 13 percent. One has to wonder if the latter were employed in sectors, such as hospitality, that were disproportionately affected by the pandemic.

Some things government should consider as they plan how to rebuild:

  • Investing in childcare, career assistance, training, reskilling and mental-health services for immigrant women;
  • Implementing a possible permanent resident stream for the lower-income end of the economy, which now relies on temporary workers;
  • Reviewing the complicated process of verifying credentials and licensing, for all sectors and particularly the healthcare sector, which is experiencing labour shortages;
  • Determining ways to quickly identify pandemic-displaced workers and helping them find new roles;
  • Finding innovative approaches to overcoming language barriers, such as blending language training and work integrated learning;
  • Adopting employer-centric approaches to bridge the gap between attracting immigrants and ensuring they find a skill-matched role in Canada;
  • Better recognizing entrepreneurship as a viable route to integration for immigrants and better responding to the unique challenges and needs that those who choose this path face; and

Calls to action include:

  • Developing a national strategy to enhance immigrant labour-market inclusion;
  • Establishing policies and programs to mitigate negative impacts of the pandemic on immigrant and migrant groups; and
  • Developing innovative tools for an immigrant-inclusive postpandemic economic rebuild for Canada.

Immigration et succès de l’économie postpandémique du Canada

L’immigration constitue un élément indispensable à la croissance économique du Canada – notamment en assurant la viabilité du marché du travail. Mais bien que le Canada accueille des immigrant.e.s sur nos côtes, nous n’utilisons pas leur plein potentiel lorsqu’il s’agit de leurs compétences et qualifications. Ce fait n’a jamais été aussi clair que maintenant, les immigrant.e.s employés dans le secteur de l’hôtellerie et des services, décimé en raison des confinements pandémiques récurrents, étant touchés de façon disproportionnée. Le Canada doit prendre certaines mesures afin de régler cette situation, pour le bien des immigrant.e.s et de l’économie canadienne.

Points Clés

  1. Bien que la politique canadienne d’immigration fondée sur les compétences attire des travailleurs.euses hautement qualifié.e.s, l’écart persiste entre ces compétences et la réussite des immigrant.e.s sur le marché du travail. La pandémie de COVID-19 a amplifié le problème existant du sous-emploi des immigrant.e.s, un enjeu évident et bien documenté.
  2. La pandémie a eu des répercussions négatives disproportionnées sur les groupes vulnérables, tels que les femmes et les jeunes racialisé.e.s. Ces défis doivent être relevés pour éviter que l’écart ne se creuse davantage entre les immigrant.e.s et leurs homologues né.e.s au Canada lors de la reprise post-pandémie.
  3. L'entrepreneuriat est une possibilité d’emploi qui attire de nombreux immigrant.e.s, mais cela reste une option souvent négligée par les décideurs.euses. Afin de soutenir les entrepreneurs.euses immigrants, il faut tout d’abord reconnaître qu’ils/elles existent, qu’ils /elles font face à des défis distincts, et qu’ils/elles ont des besoins distincts. Le présent rapport explore comment aider les entrepreneurs.euses à surmonter ces obstacles spécifiques et comment répondre à leurs besoins particuliers.

Sommaire

De nombreux.euses immigrant.e.s hautement qualifié.e.s au Canada travaillent largement en dessous de leur potentiel. Le pays réussit à attirer des immigrant.e.s, mais après les avoir accueilli.e.s, beaucoup d’entre eux/elles se heurtent à des barrières pour trouver des possibilités d’emploi qui correspondent à leurs compétences, leur expérience et leur niveau d’études. Cela est devenu une constante — il peut s’agir de l’économiste qui devient chauffeur.euse pour Uber, ou encore de l’infirmier.ière qui travaille comme caissier.ière à Loblaws. Peu importe l’endroit où ils/elles ont fini par se retrouver pour gagner leur vie, la pandémie de COVID-19 a empiré leur situation.

Cependant, la reconnaissance des titres de compétences étrangers et les répercussions socioéconomiques inégales de la COVID-19 sur la population immigrante ne sont que deux des enjeux d’un problème croissant observé dans l’économie canadienne. Le coronavirus a forcé le gouvernement à suspendre temporairement l’immigration, une perturbation majeure pour un pays qui accueille généralement des centaines de milliers de nouveaux.elles arrivant.e.s annuellement. C’est un problème qu’il faudra résoudre dans le cadre des efforts de relèvement de l’économie postpandémique du Canada. Après tout, le taux de natalité au Canada est faible et plus de huit millions de baby-boomers quitteront la population active du pays dans les prochaines années. Les immigrant.e.s sont une source majeure d’accroissement démographique et demeurent l’une des principales solutions à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée au Canada.

Tout comme le pays doit prendre en compte le sort des immigrant.e.s existant.e.s lors de la phase de relèvement, il doit également réexaminer ses relations avec les étudiant.e.s internationaux.ales — dont plusieurs sont resté.e.s dans leur pays cette année — et avec ses travailleurs.euses étrangers.ères temporaires (TET), qui ont des droits limités et de mauvaises conditions de travail, et dont certain.e.s ont été touché.e.s par des éclosions de COVID-19 pendant leur séjour ici en 2020.

Les domaines de politiques examinés dans le présent rapport incluent la reconnaissance des titres de compétences internationaux, la formation professionnelle des immigrant.e.s, particulièrement ceux/celles qui ont perdu leur emploi pendant la pandémie, et la possibilité de la montée du sentiment anti-immigrant.e.s chez les Canadiens et Canadiennes désenchanté.e.s qui craignent que les nouveaux.elles arrivant.e.s ne menacent leurs emplois déjà précaires.

En étudiant les problèmes auxquels font face les immigrant.e.s, World Education Services a constaté que ceux/celles qui possèdent plus d’expérience et un niveau d’études plus élevé ont tendance à avoir des taux d’emploi plus bas au Canada. Les personnes interrogées se plaignent notamment du manque de relations professionnelles qui constitue un obstacle. Outre le manque de relations, nous savons déjà que les personnes dont le nom a une consonance étrangère ont moins de chances d’avancer dans le processus d’embauche. De même, une étude de l’Université de Waterloo a montré que le taux d’emploi des femmes nées au Canada et ayant complété des études universitaires a diminué de 5 % entre mai 2019 et mai 2020, mais que celui des immigrantes a chuté de 13 %. On peut se demander si ces dernières étaient employées dans des secteurs comme l’hôtellerie, qui ont été touchés de manière disproportionnée par la pandémie.

Certaines mesures que le gouvernement devrait envisager pour le relèvement :

  • Investir dans la garde d’enfants, l’aide à la carrière, la formation, la requalification professionnelle et les services de santé mentale pour les immigrantes;
  • Mettre en œuvre un éventuel volet de résidence permanente pour le segment à faible revenu de l’économie, qui dépend actuellement des travailleurs.euses temporaires;
  • Examiner le processus compliqué de vérification des titres de compétences et d’attribution des permis, pour tous les secteurs et particulièrement celui des soins de santé, qui connaît une pénurie de main-d’œuvre;
  • Déterminer les moyens de répertorier rapidement les travailleurs.euses déplacé.e.s en cas de pandémie et les aider à trouver de nouveaux emplois;
  • Trouver des approches innovantes pour surmonter les barrières linguistiques, par exemple en combinant la formation linguistique et l’apprentissage en milieu de travail;
  • Adopter des approches axées sur les employeurs.euses pour concilier la capacité à attirer les immigrant.e.s et la garantie de trouver un emploi correspondant à leurs compétences au Canada;
  • Mieux reconnaître l’entrepreneuriat comme une voie viable vers l’intégration des immigrant.e.s et mieux répondre aux défis et aux besoins uniques auxquels font face ceux/celles qui choisissent cette voie; et
  • Mobiliser tous les ordres de gouvernement, les entreprises, les établissements d’enseignement postsecondaire, les employeurs.euses, les organismes de réglementation et la société civile afin de tracer une voie inclusive pour l’avenir.

Les appels à l’action consistent notamment à :

  • Élaborer une stratégie nationale visant à améliorer l’inclusion des immigrant.e.s dans le marché du travail;
  • Établir des politiques et des programmes visant à atténuer les effets négatifs de la pandémie sur les groupes d’immigrant.e.s et de migrant.e.s; et,
  • Développer des outils innovants pour rebâtir une économie canadienne postpandémique inclusive pour les immigrant.e.s.

Published:

May 2021

Skills for the Post-Pandemic World

Les compétences dans un monde postpandémique

PPS Feature Image [Converted] [Recovered]

The Skills for the Post-Pandemic World, opens in new window project tackles key questions facing policymakers, employers, training providers and workers. It is urgent that society turn to face the fundamental changes in the labour market precipitated by the COVID-19 pandemic, and many players must rise to meet the new conditions of a post-pandemic world.

Building on the collaborative success of the Skills Next, opens in new window series, the Public Policy Forum, external link (PPF) and the Diversity Institute, opens in new window (DI), funded by the Future Skills Centre, external link (FSC), and with new support from Microsoft, join once more to face these rapid societal shifts head-on, with research looking at the future of skills, training and retraining in ways that will chart a path forward as the pandemic continues to unfold.
 Les compétences dans un monde postpandémique, opens in new window aborde des questions clés auxquelles sont confrontés les décideurs.euses politiques et les employeurs.euses. Il est urgent pour la société de faire face aux profonds changements dans le marché du travail que la pandémie de COVID-19 a accélérés et pour de nombreux acteurs.trices de s’adapter aux nouvelles réalités d’un monde postpandémique.

S’appuyant sur le succès de la série collaborative Compétences de l’avenir, opens in new window, le Forum des politiques publiques, external link, opens in new window (FPP) et le Diversity Institute, opens in new window (DI), financés par le Centre des compétences futures, external link, opens in new window (CCF) et avec un nouveau soutien de la part de Microsoft, font équipe une fois de plus pour aborder de front ces rapides changements sociaux et étudier les compétences, la formation et le recyclage professionnel de l’avenir de façon à dessiner une trajectoire à suivre à mesure que la pandémie suit son cours.