You are now in the main content area

Perspectives des Premières Nations et des Métis

Les Premières Nations et les Métis participent depuis le début à la mise en œuvre du projet SISPE. Alors que notre recherche (les études critiques du handicap y compris) utilise de nombreux paradigmes occidentaux, les communautés autochtones ont pris part au projet pour de nombreuses raisons :

  • Le Cadre d’élaboration des politiques de l’Ontario en éducation des Premières Nations, des Métis et des Inuits souligne l’importance de la participation des Autochtones du Canada à l’élaboration des politiques en éducation et en éducation de l’enfance en difficulté. Le présent projet repose sur le principe selon lequel le point de vue des Autochtones doit être sollicité et pris en compte si l’on veut que les gens aient leur mot à dire dans le cadre du processus décisionnel et que le principe de l’autonomie soit respecté.
  • Le projet SISPE porte sur les expériences du handicap, mais il reconnaît le présent colonial et ses liens avec les réalités historiques qui sont au cœur de la construction institutionnelle du handicap. L’étude de l’expérience du handicap de ce point de vue théorique met l’accent sur l’expérience sociale des personnes plutôt que sur leur pathologie. Cette étude utilise les théories autochtones du développement de l’enfant pour analyser l’ensemble des données sur les Premières Nations et les Métis. Cela signifie que le mieux-être culturel, émotionnel, mental, social et spirituel ainsi qu’une identité forte sont reconnus comme étant des résultats importants du développement propres aux Premières Nations et aux Métis (Tremblay, Gokiert, Georgis, Edwards, Skrypnek, 2013). Le concept du handicap proprement dit est examiné dans le cadre du présent projet.
  • Des chercheurs dans le domaine des jeunes enfants autochtones ont constaté que les systèmes de services aux jeunes enfants sont importants pour les services communautaires et sociaux, car ils cadrent avec les points de vue culturels autochtones (Ball, 2004; Nguyen, 2011). Se retrouver dans un système est une tâche complexe pour toutes les familles, mais lorsque les valeurs sur lesquelles repose le système ne cadrent pas avec la vision du monde unique des communautés, ces services risquent d’avoir des effets néfastes. Accéder aux services à la petite enfance peut donc poser un risque. Les membres et les partenaires autochtones de notre équipe s’emploient à harmoniser la vision du monde autochtone avec le droit d’accéder à des services appropriés et de mieux comprendre comment ces services peuvent appuyer les familles au moyen d’approches non eurocentriques et antiracistes.

Partenariat:

Afin d’appuyer l’engagement éthique des communautés des Premières Nations et des Métis dans ce projet, l’équipe a fait appel à des organismes communautaires et à des leaders autochtones qui ont contribué à l’élaboration du projet SISPE. Ces membres ont également pour mandat de faciliter la consultation avec les Anciens et les gardiens de la connaissance en assurant l’éducation continue de tous les membres de l’équipe sur le travail avec les communautés des Premières Nations et des Métis. Les membres de l’équipe s’assureront aussi que l’information tirée du projet est mise à la disposition des communautés des Premières Nations et des Métis et présentée avec leur soutien.

Définitions:

Le terme « Autochtone » désigne indistinctement les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis et est utilisé aux fins du projet en rapport avec la gestion et la prestation des services. Nous avons pris engagement envers les communautés des Premières Nations et des Métis (urbaines, rurales et éloignées). Le terme « indigène » est utilisé dans le cadre du projet pour décrire la connaissance et la théorie trouvant origine dans le point de vue traditionnel de la population autochtone, c’est-à-dire les communautés des Premières Nations et des Métis.

Constatations émanant des communautés autochtones

  • Underwood, K., Ineese-Nash, N., Haché, A. (2019). Colonialism in early education, care, and intervention. A knowledge synthesis. Journal of Childhood Studies, 44(4), 21-35. DOI: 10.18357/jcs444201919209
  • Ineese-Nash, N., Bomberry, Y., Underwood, K., & Haché, A. (2017) Raising a Child with Early Childhood Disability Support Systems Shakonehya:ra’s ne shakoyen’okon:’a G’chi-gshkewesiwad binoonhyag ᑲᒥᓂᑯᓯᒼ ᑭᑫᑕᓱᐧᐃᓇ ᐊᐧᐊᔕᔥ ᑲᒥᓂᑯᓯᒼ ᑲᐧᐃᔕᑭᑫᑕᑲ: Ga-Miinigoowozid Gikendaagoosowin Awaazigish Ga-Miinigoowozid Ga-Izhichigetan. Indigenous Policy Journal, external link, 28(3),1–14.
  • Underwood, K., Ineese-Nash, N., & Haché, A. (2017). Embedding Indigenous perspectives in early childhood education, care and intervention: A Knowledge Synthesis. Rapport du projet du conseil de recherches en sciences humaines subvention de synthèse des connaissances. Toronto: ON, Ryerson University.

IECSS. (2017). IECSS Indigenous Findings: Elders video. [Author] Toronto, ON.

word fileCliquez ici pour la transcription de la vidéo complète.